Les délices de kaputt..

  • lepirelon

Nous y voilà !.. Depuis ce dernier week-end, nous sommes à peu près fixés sur la liste des participants à l'élection présidentielle de . . 2027. .        Y'a pas erreur sur la date ?.. Eh bien, non !.. Au risque de choquer, tout laisse à penser que les différents candidats déclarés à l'élection de 2022 ont intégré l'idée que les jeux sont faits d'avance pour cette fois-ci. Et que durant les sept mois de la campagne, chacun va chercher à sauver sa mise, sans trop de dégâts, pour préparer l'avenir. Et se positionner en vue de l'après-Macron. La véritable échéance pour eux. Quoi qu'ils en disent . .

 

Anticipons. Après avril 2022, si Emmanuel Macron est réélu comme cela semble de plus en plus probable, le paysage politique évoluera. Il y aura des mises à la retraite forcée, notamment celles de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen. L'une poussée vers la sortie, après un troisième échec irrémédiable, par la "jeune garde" groupée autour de l'ambitieux Jordan Bardella qui s'y voit déjà. . A moins que Marion Maréchal, la nièce honnie, sentant son heure venue, tente un coup de force pour reprendre la succession de la PME familiale. En renouant avec les thèmes "diaboliques" sur l'immigration du patriarche de Montretout. Leur p'tite entreprise ne doit pas connaître la crise.

Il en va de leur niveau de vie et de leur confort matériel . .

 

L'autre grand blessé de cette échéance devrait être le gourou des Z'insoumis. Sa dégringolade dans les intentions de vote devrait lui occasionner une fin de parcours tout sauf honorable. Sa rage n'aura d'égale que sa mauvaise foi à dénoncer ses collègues de gauche insensibles aux sirènes de son programme "L'avenir en commun" teinté de chavisme, qui aurait dû les rassembler derrière sa cravate écarlate. D'ailleurs, ses invectives contre les Verts et les "sociaux-traîtres" ont déjà commencé. Sans parler des communistes qui veulent leur part du gâteau et lui tournent le dos . . Lui retraité, sa secte risque de se livrer aux délices de kaputt parmi les prétendants à la succession.

 

Les communistes justement, viennent de célébrer leur traditionnelle Fête de l'Huma où divers invités ont pris langue pour envisager le futur.  Fabien Roussel, le secrétaire national du PCF a ainsi proposé à l’ensemble des forces de gauche "de travailler à un pacte d’engagement commun aux élections législatives". L’objectif : "Bâtir une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale, avec le plus possible de députés de gauche et écologistes, et bien sûr un grand nombre de députés communistes". Réaliste, un député communiste ajoutait: "La multiplication des candidatures, ça témoigne d’un renoncement à la victoire à la présidentielle. Après, tout le monde est bien conscient que l’on n’aura sans doute pas une Chambre aussi homogène l’an prochain, et que c’est par là que peut se construire la crédibilité d’une alternative de gauche… en 2027". En attendant Godot . .

 

Chez les socialistes, même objectif: sauver les meubles grâce à la candidature inespérée d'Anne Hidalgo. Celle qui avait juré ses grands dieux qu'on ne l'y prendrait pas, s'est ralliée à la ritournelle de Joséphine Baker et peut enfin susurrer: "J'ai deux amours, mon pays et Paris !..". Ajoutez à cela une solide animosité envers le chef de l'Etat et elle pourra aussi chantonner: "Un oeil noir te regarde. Prends garde à toi !..". Néanmoins, là aussi, on espère se refaire une santé après avoir frôlé la catastrophe en 2017 et avoir, un temps, envisagé de se placer sous la tutelle des écolos..  Mais on n'en est plus là. Le grand corps à la renverse tente de se rétablir en redressant la tête . .

 

Côté Verts, on attend fébrilement le résultat de la primaire interne pour arpenter les campagnes. Les cinq candidats débattent en évitant de se chamailler tout en essayant chacun de marquer sa différence. Ils se réjouissent du nombre important (120 000) des inscriptions à cette compétition. Mais redoutent aussi qu'elle soit faussée par des intervenants externes qui pourraient dénaturer le résultat. Des supporters d'autres candidats pourraient voter en masse pour Sandrine Rousseau, l'écolo-féministe 'radicale', afin d'affaiblir leur score. Alors que Yannick Jadot est le favori annoncé. .

 

A droite, on a organisé une réunion où tous les candidats déclarés sont venus poser pour la photo de famille. Mais les sourires forcés ne pouvaient cacher les inimitiés et les malentendus entretenus sur leur départage éventuel. Néanmoins, on a pu constater un point commun: tous les cinq ont mis au premier plan la préoccupation sécuritaire et un durcissement dogmatique sur l'immigration. Conséquence de l'arrivée dans le jeu de quilles d'Eric Zemmour qui tient sur ce sujet des propos condamnés par la justice et tels qu'on n'en avait plus entendu depuis Le Pen père . . 

 

La taulière du Ramassis national, elle, a aussi organisé un grand raout pour lancer sa campagne en prononçant un discours où elle n'avait que son slogan "Libertés" à la bouche. Tentant par là de se faire entendre de tous les antivax/antipass, gilets jaunes et récriminateurs de tous poils qui envahissent les rues des grandes villes chaque samedi. Mais ce n'est pas gagné. Quant à Eric Zemmour, après avoir fait mine de l'ignorer, elle commence à vraiment s'en inquiéter en reprenant une partie de ses thèses nauséabondes. Pour elle, l'étau se resserre entre le désir de "dédiabolisation" et la radicalisation. L'obligeant ainsi à revenir aux fondamentaux du FN de papa :

(ex : application de la priorité nationale dans l’accès aux logements, aux allocations et au travail) ?..

 

Enfin, dernier élément qui vient conforter l'éventualité forte d'une réélection d'Emmanuel Macron: le ralliement-surprise d'Edouard Philippe qui affirme qu'il soutiendra sans barguigner son ex-patron en 2022. Tout en n'excluant rien pour 2027, lui aussi. On a compris. Chacun son tour. Quand on vous dit que cette campagne à venir est truffée de faux-semblants et de simulacres.. MB

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

15.09.21:On apprend la re-candidature à la présidentielle d'Antoine Waechter, sous la bannière du Mouvement écologiste indépendant (MEI). Souvenez-vous: celui que l'on surnommait "moumoute" s'était déjà présenté en 1988 et avait obtenu 3,8 % des voix au premier tour. Il avait ensuite dû renoncer en 1995 et en 2017, faute de réunir les 500 parrainages nécessaires. Bis repetita ?..

Il souhaite représenter l’écologie “sensible”, attachée à “la beauté des paysages et la nature” et  a choisi de ne pas participer à la primaire écologiste, dont il estime que “la vocation principale est d’essayer de trouver celui qui arrivera à fédérer la gauche, et non pas celui qui réussirait à fédérer les écologistes”. Pour lui, Yannick Jadot a “une stratégie électorale et adapte son discours en fonction de cette stratégie électorale". La stratégie de la pastèque: verte dehors, rose dedans ?.. MB

 

Comme il ne faut pas rater une seule occasion de sourire, on peut revoir une vidéo de la campagne des législatives de 1997 où il était interviewé par.. un castor !.. (Cliquer sur: Regarder sur You Tube)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

20.09.21: Au premier tour de la primaire des Verts, il s'en est fallu d'un chouia pour que l'éco-féministe Sandrine Rousseau n'arrive en tête devant le Géant vert Yannick Jadot, le talonnant à 2 %.

Eric Piolle, le maire de Grenoble, et Delphine Batho, la décroissante, suivent de près et n'ont pas donné de consigne de vote. Le second tour entre les deux premiers promet d'être chaud bouillant..

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

21.09.21: Et un de plus ! Dans la série 'Plus on est de fous', Pierre Larrouturou, ex-PS, ex-EELV, vient d'annoncer sa candidature à la présidentielle via "La primaire populaire de la gauche", plateforme numérique initiée par des jeunes engagés pour le climat, contre les discriminations et l'échec scolaire, qui compte 100 000 inscrits. Il propose une taxe sur la spéculation financière, la création de 900 000 emplois dans l'économie verte et la semaine de quatre jours de travail, son cheval de bataille depuis longtemps. A propos de ses éventuels concurrents de gauche Anne Hidalgo, Fabien Roussel et le/la future candidat/e écologiste, il affirme : "Quand on discute avec eux, aucun ne pense gagner en 2022. Ce qu'ils veulent, c'est prendre le leadership de l'opposition pour gagner dans cinq ans. C'est une honte ! Faut-il prendre le leadership des perdants, être le chef du cimetière, ou construire une équipe qui peut gagner ?..". S'il fallait encore une preuve du malaise..

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

24.09.21: Alors ! Ce fameux "débat" Mélenchon-Zemmour, vous l'avez regardé ? Désolé, j'avais piscine !.. A vrai dire, j'ai peu de goût pour les combats de coqs, les exhibitions de bêtes de foires ou les matchs de catch truqués. Apparemment, les amateurs de pugilat verbal n'ont pas été déçus. Même si chacun est resté dans son couloir, psalmodiant ses propres mantras: "grand remplacement" pour l'un, "créolisation" pour l'autre. Au cours du débat, les longues tirades argumentatives ont succédé à des séquences hachées où les noms d’oiseaux ont volé. “Je vous ai écouté, petit bonhomme”, a ainsi lancé Jean-Luc Mélenchon. “Oui grand timonier”, a répondu Éric Zemmour, taxé plus tôt de “Woody Woodpecker” qui interromprait sans cesse son adversaire. .

Rien de bien saillant. Le but pour chacun étant de raffermir son image partisane. Bilan: match nul..

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

                                                                        Prêt à rempailler ?..

                                                                   Remontada ou retirada ?..

                                                            "Hibernatus ! Sauve qui peut !.."

                                                                    Dans le même marigot ?..

 

 

 

                                                  Prendre des vestiges pour des lanternes..

                                                                           A droite, toute !..

                                                             "N'aie pas peur ! Je te protège.."

                                                                    Départage et dérapages !..

                                      "Tu croyais quand même pas que j'allais te laisser                                                                                    les clés de la boutique pour toujours !.."

                                           "Le Géant vert, c'est moi ! T'as pas la carrure !.."

                                             Moi, je lève l'ancre et je retourne à Grenoble !..

                                                                        Du fiel à revendre !..

                                                                La semaine des 4 Jeudis ?..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog