Combat de coqs..

  • lepirelon

Faut-il vraiment en parler ?.. Faut-il évoquer le clash télévisuel survenu sur le plateau de "Touche pas à mon poste" entre l'animateur Cyril Hanouna et le jeune député LFI Louis Boyard ?.. Réflexion faite, on peut s'y pencher après un haut-le-coeur, dans la mesure où cet incident est révélateur de la dégradation du débat public mais aussi de certaines compromissions entre politiques et médias pour la course effrénée à l'audience. Dans le cas présent, l'échange entre les deux débatteurs a donné lieu à une virulente confrontation agrémentée de mises en cause personnelles et d'injures ordurières .  Pugilat de basse-cour ?.. Combat de coqs sur un tas de fumier ?..

 

Revenons aux faits. Jeudi dernier, l'émission quotidienne "Touche pas à mon poste" sur C8 organisait un "débat"  sur l’Ocean Viking et l’accueil des migrants en France. C’est pendant cette séquence que le jeune élu insoumis avait jugé que TPMP faisait "monter le racisme" et faisait le jeu d’Éric Zemmour. Il a aussi dénoncé "les cinq personnes les plus riches (…) qui appauvrissent la France et l’Afrique, dont Bolloré". Or, Vincent Bolloré est le patron du groupe Canal, qui détient notamment la chaîne C8. Devant ses accusations, Cyril Hanouna s'est emporté et traité Louis Boyard d’"abruti", de "tocard" et de "bouffon" puis lui a demandé de "fermer sa gueule". Ce que l'autre n'a pas admis. Un instant, on a pu croire qu'ils allaient en venir aux mains, se toisant physiquement. Finalement, le député a choisi de quitter le plateau sous les huées du public acquis à l'animateur. .

 

Durant cet échange plus que houleux, outre les noms d'oiseaux, Cyril Hanouna a reproché à Louis Boyard de cracher dans la soupe, dans la mesure où, par le passé, il s'était fait connaître en participant comme "chroniqueur" à cette émission et avait donc été bien rétribué pour ses prestations. Tout comme sa collègue députée LFI Raquel Garrido, connue pour son franc-parler sans nuance .  Ce qui révèle d'étranges accointances médiatico-politiques et suscite un syndrome de "l'arroseur arrosé". Peut-on, à la fois, dénoncer la main mise d'un industriel sur un média pour y imposer son idéologie ultra conservatrice et, sans vergogne, y avoir son rond de serviette en argent ? Dilemme. .

 

Ces empoignades verbales deviennent de plus en plus coutumières dans certaines émissions où barrissent "les Grandes gueules". Mais aussi à l'Assemblée nationale, comme on l'a vu lors du clash provoqué par le député RN avec son interjection "Qu'il(s) retourne(nt) en Afrique !..". De la salle du Bistrot du commerce on est passé dans l'arrière-cour où l'on règle ses comptes à poings fermés. Cette ambiance de fight-club suburbain n'augure rien de bon pour l'avenir du débat démocratique. A la fin des combats de coqs, ce sont souvent les aigrefins qui ramassent et empochent la mise. MB

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bien entendu, toute la troupe des Z'insoumis s'est mobilisée afin de prendre fait et cause pour leur collègue de groupe. De Mathilde Panot à Clémentine Autain et Manuel Bompard, entre autres. Mais on attendait surtout la réaction de leur guide spirituel et mentor Jean-Luc Mélenchon. Concernant Louis Boyard, il s'est contenté de dire: "On ne parle pas comme ça à un député". A propos de Cyril Hanouna, il ne jette pas "la pierre comme tout le monde" à l'animateur car "il est juste à visage découvert, il n’a pas les bonnes manières des autres". Etrange condescendance - voire complaisance - qui n'injurie pas l'avenir. Notons qu'aucun d'entre eux n'envisage de boycotter l'émission. . A l'instar de François Piquemal affirmant qu’il s’agit d’une "question de stratégie. En politique, on ne choisit jamais ses champs de bataille. C’est une émission qui est vue par des millions de personnes. Pour pouvoir faire rentrer nos idées, il faut qu’on aille y compris là où ça ne nous fait pas plaisir. ."

Quitte à apparaître "soumis" aux banderilles d'un matamore au centre d'une arène déchaînée ?..

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

18/11/22: Comprenant que sa première réaction entretenait la confusion, Jean-Luc Mélenchon est revenu sur ce clash très médiatisé entre Louis Boyard et le présentateur star de C8. Dans une vidéo publiée sur sa chaîne Youtube, il s’est directement adressé à Cyril Hanouna pour réagir à son tour à cette séquence de "deux heures et demi pour démolir un député": "Vous savez pourquoi je suis venu à vos émissions monsieur Hanouna ? Parce qu’on m’avait dit : ’Ce monsieur vous donne la possibilité de parler, et de parler à tout le monde. Voilà pourquoi j’y suis venu", débute le gourou de LFI. Puis, il précise: "Si vous vous figurez que l’on vient vous voir par sympathie pour vous, je préfère vous dire que vous vous trompez. Je n’ai de sympathie ni pour vous ni aucun des professionnels de cette nature. Vous êtes des organisateurs de spectacles et on se faufile dans vos spectacles pour y porter notre parole. Nous ne sommes pas vos copains, et nous le serons jamais", lâche encore l’ancien député des Bouches-du-Rhône. Une réponse cinglante qui n’empêche pas Jean-Luc Mélenchon d’assurer que ses "amis" continueront de se rendre sur le plateau de TPMP. .

 

L’animateur star de la galaxie Bolloré n’a pas laissé passer ce moment d’agressivité à son égard. « Jean-Luc, t’aurais pas dû la faire cette vidéo ! », a-t-il lancé, mi-menaçant, mi-blagueur, dans son émission du vendredi 18 novembre. Avec en prime cette punition, « pour l’instant, LFI n’est plus invitée sur le plateau jusqu’à nouvel ordre ». "La guerre et le déshonneur !.", comme disait l'autre . .

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Certains individus ont une perspicacité qui les rend infréquentables.” Frédéric Dard

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le billet de Thomas Legrand   publié le 16 novembre 2022 à 8h00
Hanouna, porte-flingue assumé de Bolloré

 

En s’en prenant violemment au député Louis Boyard qui dénonçait les agissements de l’homme d’affaires et patron de C8, le présentateur outrancier a révélé la vraie nature de la chaîne : non pas un média d’opinions, mais un média prévaricateur.

 

 

Dans le pitoyable affrontement Boyard-Hanouna, sur la navrante chaîne C8, la litanie des insultes déversée par l’animateur sur un député, élu au suffrage universel, la pire, la seule insulte, en vérité, qui décrit parfaitement celui qui la profère, n’est pas «abruti, merdeux» ou tout autre anathème dégueulé par Cyril Hanouna. Hanouna, ce puits de vulgarité, fils de médecin qui se prend pour une voix du peuple, s’est défini lui-même, lors de cet échange, par d’autres mots, au premier abord moins insultants. Une phrase qui répondait à la tentative du député LFI Louis Boyard de parler des méfaits de Vincent Bolloré en Afrique. Dès que le député (ancien chroniqueur de l’émission) a prononcé le nom de Bolloré, un déluge d’insultes s’est abattu sur lui, moins pour l’accabler que pour étouffer le blasphème en direct : «Moi je ne crache pas dans la main qui m’a nourri et toi tu ne devrais pas cracher dans la main qui t’a nourri», a fini par dire Cyril Hanouna. Voilà une phrase de mafieux, d’affidé dépendant, de prévaricateur.

En prononçant ces mots qui lui semblaient sans doute frappés au coin de l’évidence, Cyril Hanouna n’a pas fait preuve d’esprit de corps ou de fidélité, il n’est pas apparu corporate ou simplement candidat fayot au titre d’employé du mois mais plutôt porte-flingue d’un homme. «Bolloré t’a donné de l’argent», «c’est nous qui t’avons fait député», s’est aussi insurgé le producteur de Touche pas à mon poste, outré devant l’outrecuidance qu’il y avait à évoquer cette idée selon laquelle Vincent Bolloré serait responsable de vastes déforestations en Afrique. Par cette autre phrase l’animateur se définit en donnant sa conception des rapports sociaux et sans doute humains : on peut acheter les gens. En les payant pour un emploi qui consiste à débattre, on exige d’eux un tri dans la vérité, des mensonges par omission.

L’affrontement des slogans plutôt que la confrontation des idées

Tous les intervenants, appointés ou pas, qui, désormais, iront dans l’émission d’un homme qui considère que la vérité s’achète, seront les complices d’une mafia. C8 n’est pas, à ce moment-là, un média d’opinion détenu – comme tant d’autres – par un homme d’affaires, c’est un média prévaricateur. Vincent Bolloré a réduit au strict minimum le nombre de journalistes dans toutes les chaînes qu’il possède. Il les remplace par des polémistes (à ne pas confondre avec des éditorialistes). Ceux-ci ont pour mission de spectaculariser le débat politique par le combat permanent. L’affrontement des slogans plutôt que la confrontation des idées.

Cette méthode donne à certains l’impression que, dès lors, le spectre idéologique représenté dans la sphère médiatique bollorisée est plus large qu’ailleurs et que donc la liberté est plus grande. Mais ce sont les radicaux et les simplificateurs qui sont avantagés par cette logique du clash organisé. Louis Boyard porte plainte et il a raison. En retour Cyril Hanouna dit qu’il porte plainte aussi… Je ne sais pas quelle tête a fait son avocat en entendant son client faire une telle annonce. C’est rare qu’un mafieux ayant publiquement parlé comme un vulgaire Al Capone, ayant exposé, avec une clarté limpide, son système de prévarication, aille de lui-même devant la justice pour se plaindre qu’un élu de la République ne respecte pas son code d’honneur.

L'HEURE DES GAUCHOS • Faut-il boycotter les émissions de Cyril Hanouna après les insultes de l’animateur contre le député LFI Louis Boyard ? Si les Insoumis sont partagés, pour la gauche, plus largement, la question se pose de savoir s’il faut participer aux émissions des chaînes du groupe Bolloré, comme CNEWS. «Je suis mal à l’aise à l’idée d’aller sur CNEWS même si je pense qu’il faut peut-être y aller quand même. Hanouna, c’est différent. C’est une grosse grosse audience, c’est jeune. Donc je pense qu’il faut y aller», confie un néo-député Insoumis qui veut croire que «les gens qui regardent Hanouna ne votent pas forcément à droite». Il reconnaît tout de même - et les preuves sont nombreuses - que «l’émission fait la part belle à l’extrême droite» et qu’il faut pouvoir porter la contradiction. Pour notre interlocuteur, le problème, comme la vérité, est ailleurs. «Il nous manque une Heure des pros à gauche», dit-il, en référence au talk de la chaîne bolloréenne. Et le même détaille : «Vous imaginez un Pascal Praud de gauche ? "Alors aujourd'hui, débat sur l'immigration. Mais bien sûr qu'il faut accueillir les réfugiés. On n'est pas des connards !"» Pour l’heure, ce type de plateau n’existe pas et il n’est pas dit qu’il survienne prochainement. Et les Insoumis, tout comme l’ensemble des élus de la Nupes, restent confrontés à la problématique de participer et faire vivre des émissions où les élus d’extrême droite et leurs thématiques ont leur rond de serviette. Pour Raquel Garrido, ex-chroniqueuse chez Hanouna et députée LFI, «il n’y a pas d’espace médiatique où LFI n’a pas sa place». À l’Assemblée, les Insoumis veulent s’attaquer au mal à la racine en proposant un texte, étudié le 24 novembre dans leur niche parlementaire, pour mettre fin à la concentration des médias dans les mains de quelques actionnaires milliardaires. S.T.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cyril Hanouna : les politiques dans l’arène de « Baba »

Jean-Luc Mélenchon et Raquel Garrido dans « Balance ton post ! », en février 2021. (Jack Tribeca/Bestimage )

 

En réalité, ces dernières années, Jean-Luc Mélenchon et ses amis ont largement contribué au succès de « TPMP ». En 2013, le cofondateur du Parti de Gauche fut le tout premier leader politique à accepter l’invitation de Cyril Hanouna. C’était un échange de bons procédés entre un animateur toisé par le PAF et un candidat désireux d’élargir son audience auprès d’un public peu politisé.

 

« Pourquoi on déciderait qu’à tel endroit on n’irait pas ? Parce que vous êtes trop bêtes ? Parce que c’est trop populaire ? » interrogeait Mélenchon.

Les insoumis l’ont théorisé : la bataille culturelle se mène tous azimuts, sur tous les canaux possibles. Y compris sur la chaîne du très droitier Vincent Bolloré. Dans leur stratégie, qui vise à convaincre abstentionnistes et dégoûtés de la politique, « TPMP » est un vecteur incontournable, avec son public jeune et plutôt peu qualifié. Mais tous ne se prêtent pas au jeu. Clémentine Autain, par exemple, s’est toujours refusée à y aller :

« Je trouve trop difficile de défendre mes idées dans un dispositif si favorable à l’extrême droite et si défavorable au débat de fond où règne l’opinion au mépris de l’informationL’émission force à adopter un style qui n’est pas le mien. »

D’autres n’ont pas eu les mêmes préventions. Avant Louis Boyard, un temps chroniqueur de « TPMP », Raquel Garrido avait son rond de serviette dans l’émission. L’ex-avocate fut même l’une des têtes de gondole du show cathodique. Lors de sa campagne législative, nous confiait-elle, elle a bénéficié à fond d’un effet « vu à la télé ».

En février 2021, à la sortie d’une émission d’Hanouna dont il était l’invité vedette, Mélenchon s’était lui-même réjoui d’un « rendement maximum ». Sa chaîne YouTube avait vu ses connexions exploser et son mouvement récolter en une soirée 8 000 signatures.

Mais « JLM » y a aussi connu des galères : en janvier 2022, il avait accepté une dispute avec Zemmour dans « Face à Baba ». Ce soir-là, l’animateur avait laissé le champ libre au polémiste de Reconquête. Fait rare : Mélenchon avait admis s’être « fait manœuvrer ».

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

                                                                     Rhabillé pour l'hiver...

 

                                                                               Déchaîné ?..

                                                                                                  Bonimenteur ?..

                                                                           Fausse aisance ?..

                                                         "Si j'aurais su, j'aurais pas venu !.."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog