Chinoiseries..

  • lepirelon

Il est revenu. Sans doute, attendiez vous son retour avec impatience ? Nous non plus. Jean-Luc Mélenchon vient de poser son sac de voyage après avoir passé un mois à arpenter, comme chaque été, la pampa mexicaine et la jungle subtropicale latino américaine. Reçu avec diligence par des potentats, anciens amis ou nouveaux, qui tentent de régénérer le mythe bolivarien et d'installer le "populisme de gauche" dans le sous-continent. En évitant de se fourvoyer dans les errements du chavisme vénézuélien ou du sandinisme nicaraguayen ?..

Pas sûr ? L'avenir le dira . .

 

En attendant, tout requinqué par sa cure de chile con carne, le Lider Maximo des Z'insoumis est bien décidé à reprendre sa place dans le marigot politique français et à faire entendre sa forte voix. Pas question de se faire discret et d'endosser le rôle de l'imam caché donnant ses directives par délégation. Au travers de son carnet de voyage, sur son blog, il donnait déjà son avis sur les péripéties de la vie politique française. Ne se privant pas, à son habitude, d'exprimer sa détestation de la presse ou de gratifier de qualificatifs désobligeants - voire injurieux - certain(e)s de ses adversaires.

 

Mais c'est l'actualité internationale qui a motivé sa première déclaration et suscité une tornade au sein de la Nupes, le conglomérat des gauches rivales à l'Assemblée nationale. Il a réagi sur son blog à la visite de Nancy Pelosi, leader de la Chambre des députés américaine, à Taiwan. Dans un article élégamment titré: "Pelosi aussi..", paraphrasant ainsi sciemment la chanson de Fernandel: "Félicie aussi !..", summum de vulgarité. Sans parler de sexisme. On reconnait bien là celui que d'aucuns ont pris l'habitude de surnommer Méchanlon. Mais que voulez-vous, à son âge on ne se refait pas !

 

"Quel est le sens de la visite de Pelosi sur place ?", s’interroge-t-il en qualifiant l’initiative de "provocation". Ajoutant: "on voit bien comment les USA veulent ouvrir un nouveau front" en apportant un soutien aux partisans de l’indépendance de Taïwan. Or, il considère dans son analyse qu’"il n’y a qu’une seule Chine", celle qui "siège au Conseil de sécurité des Nations unies". L'ex-sénateur socialiste durant deux décennies estime que "Taïwan est une composante à part entière de la Chine", reprenant la doxa inflexible défendue par Pékin mais récusée par les autorités de Taipei. .

 

Cette prise de position a aussitôt été saluée par un tweet de l’ambassade de Chine en France: "Merci Jean-Luc Mélenchon pour son soutien constant à la politique d’une seule Chine", tout en relayant un passage du blog. Interrogé à ce sujet, le député LFI des Bouches-du-Rhône Manuel Bompard a défendu la ligne définie par Jean-Luc Mélenchon en relevant que "le droit international aujourd’hui défend le concept qu’on appelle “une seule Chine” – la majorité des pays des Nations unies ne reconnaissant pas officiellement Taïwan dans leur diplomatie – et que la visite de Nancy Pelosi à Taïwan a "jeté de l’huile sur le feu". Ajoutant: "Il y a suffisamment de désordre à l’échelle internationale pour ne pas en rajouter". Souffler sur les braises n'est-il pas le genre de la maison ?..

 

En revanche, Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, s’est nettement démarqué de ses alliés au sein de la Nupes. Tout en critiquant l’initiative de Nancy Pelosi, qu’il a qualifiée de "discutable" sur Twitter, il a noté que "la volonté des Taïwanais de vivre en démocratie ne l’est pas". La critique a été plus vive encore du côté de Julien Bayou : "Mélenchon parlait de “provocation” quand l’Ukraine démocrate se défendait au Donbass face à la Russie autoritaire. Et parle de “provocation” de Taïwan quand… ce pays agit librement face à la Chine. Un pays démocrate c’est forcément une “provocation” pour une dictature", a considéré le secrétaire national d’EELV. Aïe !..

 

Dans sa conclusion, le Grand Manie-Tout des Z'insoumis pérorait: "Les Chinois régleront le problème entre eux. Il n’y a pas d’autre issue raisonnable possible". Sauf que l'on a vu comment :        La Chine a lancé, en réaction à la visite de l’élue américaine, les plus importants exercices militaires de son histoire autour de l’île. Selon Taipei, un total de 68 avions et 13 navires de guerre chinois avaient franchi depuis le début de vendredi la "ligne médiane" du détroit de Taïwan, qui sépare l’île du continent. Jeudi, Pékin avait déjà tiré une dizaine de missiles balistiques et déployé son aviation et sa marine, s’approchant jusqu’à 20 km des côtes et perturbant des routes commerciales parmi les plus fréquentées du monde. La chaîne publique CCTV a affirmé que des missiles chinois avaient même survolé Taïwan pour la première fois. A part cela, Jean- Luc Mélenchon peut affirmer: "nous devons refuser de cautionner la guerre à la Chine pour satisfaire les vues des USA sur Taïwan". .

 

Faut-il rappeler que le soi-disant insoumis a toujours refusé de condamner l'action de la Chine au Tibet et au Xinjiang contre les Ouïghours. Sans oublier sa validation de l'annexion de la Crimée par la Russie poutinienne. Et sa position sur l'invasion de l'Ukraine due, selon lui, à une "provocation américaine". Un tel aveuglement et une telle mauvaise foi frisent le trouble mental. Son antiaméricanisme pavlovien semble lui faire perdre tout sens des réalités. Chinoiseries ?.. MB

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un vieux cheval dans son étable rêve toujours de galoper mille lieues.. Proverbe chinois

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Taiwan, le «plat aux nouilles» indigeste de Mélenchon

par Laurence Defranoux

 

Après la visite de Nancy Pelosi, le leader de La France insoumise a remis le couvert sur le Parti communiste chinois, niant aux 23 millions de Taiwanais le droit à une vie démocratique et indépendante.

 

 

«J’ai pris un homard sauce tomate, il avait du poil aux pattes, Félicie aussi ! Puis une sorte de plat aux nouilles, on aurait dit une andouille, Félicie aussi !» Lorsqu’il a titré son long post de blog «Pelosi aussi !», Jean-Luc Mélenchon pensait-il à la chanson interprétée par Fernandel en 1939 ? Dans ce cas, il s’inscrirait dans la droite ligne des commentaires misogynes déversés depuis plusieurs jours contre Nancy Pelosi, 82 ans, speaker du Congrès et troisième personnage le plus important de l’Etat américain, taxée de «vieille sorcière» par les nationalistes chinois pour s’être rendue en visite officielle à Taiwan. Les visites, fréquentes, d’élus de pays démocratiques ne remettent pas en cause le statu quo qui maintient la stabilité dans la région. Mais Nancy Pelosi, en 1991, a déroulé une banderole sur la place Tiananmen «en honneur de ceux qui sont morts pour la démocratie», et l’existence même de Taiwan est une preuve de plus en plus insupportable pour un Parti-Etat en pleine dérive totalitaire que l’on peut être chinois et démocratique.

Pékin agite depuis des semaines l’épouvantail d’une «provocation américaine» qui, excusez du peu, déclencherait une guerre mondiale «en froissant les sentiments d’1,4 milliard de Chinois». Le leader de La France insoumise, lui, en reprenant le terme de «provocation des USA», ne se soucie pas de froisser les sentiments des 23 millions de Taïwanais, qui ont réélu triomphalement il y a deux ans la présidente Tsai Ing-Wen, ardente défenseure de la paix qui dénonce sans relâche les menaces de la Chine. Ni de tordre le bras à l’histoire en écrivant que «Taiwan est une composante à part entière de la Chine», alors que l’île, où les nationalistes de Tchang Kai-chek se sont réfugiés à l’issue de la guerre civile en 1949, n’a jamais appartenu à la République populaire de Chine. «Taiwan est un sujet tendu depuis la libération de la Chine», affirme Jean-Luc Mélenchon. «Libération» est le terme que le Parti communiste chinois utilise pour qualifier son arrivée au pouvoir, le comble du cynisme au regard des plus de 30 millions de morts causées depuis par le régime. «Pour les Français depuis 1965 (sic) et le général de Gaulle, il n’y a qu’une seule Chine», poursuit-il, répétant le terme imposé à Paris lors de sa reconnaissance de la RPC, en 1964, une politique toujours en vigueur pour des raisons diplomatiques et économiques. Et ce, même si, depuis lors, l’île est devenue un pays prospère aux institutions démocratiques, souveraines et indépendantes, qui entretient des relations bilatérales avec plus de 150 pays et notamment avec son allié, les Etats-Unis.

 

«Le premier qui vient avec une banderole antichinoise…»

On arguera que Mélenchon a le mérite de la constance. En 2002, alors ministre délégué à l’Enseignement professionnel, il avait asséné à son collègue Jack Lang, en amont d’une visite d’une homologue chinoise : «Je te préviens… Le premier qui vient avec une banderole antichinoise, on lui pète la gueule. T’as compris ? On sera quarante. Le mec, il aura pas le temps de dire ouf qu’il aura plus de genoux (1).» Mais la Chine de 2002 ou de 2012 n’est pas la Chine de 2022. Les intellectuels, avocats, écrivains y sont torturés en prison, les citoyens empêchés de quitter le pays, les Tibétains toujours écrasés par un régime colonialiste, la vie démocratique hongkongaise est foulée aux pieds et toutes les preuves des crimes contre l’humanité commis contre le peuple ouïghour au Xinjiang sont réunies – ce qui n’a pas empêché les députés de son groupe de s’abstenir lors de la reconnaissance du génocide à l’Assemblée nationale en janvier.

Pourtant, pour le candidat malheureux à la présidentielle française, il n’y a toujours qu’un seul ennemi, les Etats-Unis. «On voit bien comment les USA veulent ouvrir un nouveau front», écrit-il le 3 août. Le lendemain, l’Armée populaire de libération chinoise (APL), aux ordres de Xi Jinping, commandant en chef du centre de commandement interarmées de la Commission militaire centrale, encercle l’île sous prétexte d’exercices à munitions réelles, prenant des risques inouïs d’escalade dans cette zone maritime et aérienne très fréquentée. Elle envoie des missiles survoler sa voisine jusque dans la zone exclusive économique japonaise, et ordonne à 68 avions de chasse et 13 navires de guerre de violer la ligne médiane, cette démarcation officieuse tracée durant la guerre froide pour éviter justement aux deux armées de se frotter. Quant à la diplomatie chinoise, elle a suspendu unilatéralement son dialogue avec Washington sur huit sujets, dont les questions militaires et la lutte contre le changement climatique, sous le même prétexte de la visite de Nancy Pelosi.

L’ambassade de Chine en France, dont le locataire assurait il y a deux jours sur BFM-TV qu’à Taiwan, «après la réunification, on va faire une rééducation», ne devait pas rêver d’une telle occasion de planter un coin dans le paysage politique français. Jeudi, elle a twitté : «Merci @JLMelenchon pour son soutien constant à la politique d’une seule Chine.» Et, dans son sillage, tel le public durant les concerts de Fernandel, les «anti-atlantistes» et «anticolonialistes» ont applaudi et repris en chœur son refrain.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Comme le nombre de tonnes de CO2 émises par Jean-Luc Mélenchon lors de son plane-trip sud-américain estival, selon les calculs du Point. Durant les vacances, l’ex-candidat à la présidentielle s’est rendu, en avion depuis Paris, au Mexique, au Honduras et en Colombie, pour des visites très politiques auprès d’alliés à sa cause. Mais avec une empreinte carbone qui fait mauvais genre pour l’un des leaders de l’écologie politique, quand la moyenne française est estimée en 2021 à 8,2 tonnes de CO2 équivalent par an et par personne, selon l’Insee. Et encore, les calculs de l’hebdo ne prennent pas en compte les éventuels vols intérieurs nationaux pris par Mélenchon. En plein débat autour de l’impact et d’un éventuel encadrement des jets privés, le tout suscite donc une certaine gêne chez les alliés EE-LV de la Nupes. Auprès du Point, Sandrine Rousseau trolle d’abord gentiment l’Insoumis : «Il faudra qu'il arrête de manger de la viande ensuite !» Sachant qu’il est déjà accro au quinoa, ça devrait aller niveau excès de barbecue. Mais la députée de Paris ajoute plus sérieusement : «La société écologiste n'est pas non plus parfaite. On ne va pas arrêter d'un coup ce genre de visites. Mais il faut qu'il fasse son bilan carbone de l'année, et qu'il le compense.» N°2 d’EE-LV et elle aussi députée, Sandra Regol oscille également entre mansuétude et critique du bilan énergétique de Mélenchon : «D'après ce que j'ai compris, il a optimisé son voyage en concentrant les trajets sur quelques jours. Je pense qu'il compense aussi ses dépenses en carbone. Mais il est évident que personne, chez les écologistes, ne ferait ce genre de voyage. Ce n'est ni dans notre logique ni dans notre façon de travailler.» Autre tonalité chez Alexis Corbière. Le député LFI et proche du patriarche Insoumis le défend avec véhémence sur LCI, rappelant les révélations bidons du Point sur un supposé esclavage d’une femme sans-papiers par lui-même et sa compagne (et députée) Raquel Garrido : «Le Point est un journal voyou qui m'a attaqué il y a quelques mois. Cette rédaction n'est pas sérieuse et déshonore la presse. J'invite les Français à ne pas acheter ce journal. Quand Jean-Luc Mélenchon va rencontrer le président de la Colombie, c'est une activité politique.    Il ne va pas y aller à la nage !..»   

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

                                                                         Le Grand Timonier

 

 

 

 

                                                                       Menés à la baguette ?..

 

 

 

                                                                  "Suis moi Petit scarabée !."

 

 

 

 

                                                                              Rire jaune ?..

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog