Le bruit et l'odeur..

  • lepirelon

En 2012, Jean-Luc Mélenchon lançait menaçant à la face du monde: "Je suis le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas". En 2022, on pourrait dire qu'il promet seulement le bruit et l'odeur. Non pas en reprenant le dérapage verbal malencontreux - limite xénophobe - de Chirac en 1991. Mais en mettant en scène son meeting géant de Nantes, ce dernier dimanche. Une salle de 3000 personnes entourée de murs écrans géants diffusant des images, des sons et des odeurs (?!). Un rassemblement "immersif et olfactif". "Une première mondiale" selon son entourage. Qui a coûté la bagatelle de 300 000 € . Voilà pour le décorum . .

 

Au centre un large podium permettait à l'orateur de se déplacer tous azimuts durant son homélie. Un véritable stand up !.. Alternant la solennité des propositions programmatiques et la gouaille des formules à l'emporte-pièce. Notamment pour caricaturer ses adversaires. Surtout ceux de gauche :

"Je ne suis pas leur copain, que cela soit dit une bonne fois pour toute. Nous ne sommes pas concernés par les mésaventures du centre gauche". Puis expliquant: “Nous n’avons pas besoin d’union, mais de clarté et de mobilisation populaire. C’est si nous sommes unis que tout est perdu. Comment je fais pour faire que  l’union ne soit pas la confusion ?.. Faites confiance à une tortue électorale, sagace comme moi. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Et j’ai déjà épuisé quelques lièvres..”. Ajoutant:  “Je prends l’engagement que si nous arrivons au second tour, nous accueillerons tous ceux qui veulent participer à la mise en application de notre programme et nous sommes d’accord pour discuter de la forme d’application..” Encore faut-il passer le premier tour !.  Ce qui paraît mal emmanché . .

 

Passant du coq à l'âne, le Grand Mamamouchi des Z'insoumis se fait plus lyrique: "La planète bleue avec ce fin film qui l’entoure, le nid de l’humanité que par-dessus tout il faut protéger. Regardez-le, il n’y a qu’un seul écosystème qui permette la vie des êtres humains..". Et puis: "La mer, regardez-la, regardez sa puissance, sa force. Voilà la porte de sortie du nucléaire qui est devant vous.  Il faut sortir du nucléaire, pas par idéologie, mais parce que c’est dangereux". En revanche: "Il ne faut pas avoir peur de l’intelligence artificielle qui permet des gains de productivité, et donc de "soulager la peine des êtres humains" et de réduire le temps de travail. Façon de justifier le programme des Insoumis qui promet la retraite à 60 ans et une réduction du temps de travail, jusqu’à 32 heures. Une paille !.

 

A ce propos, pas de surprise. Il reprend ses fondamentaux comme des mantras: "Nous ferons les 35 heures réelles. Nous ferons la retraite à 60 ans avec 40 annuités. Nous ne lâcherons pas prise . .

Il est inutile d’essayer de nous faire peur. .  Payez les femmes comme les hommes et on finance la retraite à 60 ans". Assumant la "rupture" et la "radicalité" pour changer les règles du jeu. Sur le plan sociétal, il réaffirme: "La France n’est pas un pays raciste. Nous sommes les semblables et d’abord les semblables de tous les pauvres gens qui ne peuvent se défendre, qui n’ont pas de voix, qui sont humiliés, qui sont radiés, dont on détruit les pauvres couvertures". Pavé dans la mare RN/LR/ZEM ? Ou wokisme soft ?..

 

Sur l'international une seule doxa: "la Russie n’est pas un "ennemi mais un partenaire". Sans aller jusqu'à redire que Poutine "a réglé le problème en Syrie" ou à justifier l'anschluss de la Crimée et l'intervention au Donbass ukrainien. Pas un mot non plus sur "L'alliance bolivarienne" avec Cuba, le Venezuela et le Nicaragua et la sortie de l'Otan prônées par son programme. Il dit pourtant tout assumer : "Je suis clivant et alors ? Vous n’êtes pas d’accord avec moi sur tout ? Moi non plus…"

Ah, bon ?..

 

Etrange spectacle dont la forme se voulait futuriste mais dont le son révélait des échos archaïques. Un énième retour vers le futur. Avec la sensation d'assister à la dernière tournée d'un ex-bateleur de foires venu réciter ses boniments et ses saillies qui ne pouvaient que réjouir ses aficionados . .

 

Beaucoup de bruit pour rien ? Quant à l'odeur, ce n'était pas celle des roses mais du sapin !.. MB

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Reviens, Raymond Devos !.."

                                                                      Une candidate de plus !..

 

 

 

 

                                                                      Le bruit et la fureur ?..

 

 

                                                         "Ils ne m'enterreront pas de sitôt !.."

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog