Le chaud lapin..

  • lepirelon

On n'est pas obligé d'en parler mais puisque c'est dans l'actualité, jetons-y un coup d'oeil. Il s'agit des témoignages de cinq femmes recueillis par "Envoyé spécial" révélant des agressions sexuelles à leur encontre de la part de Nicolas Hulot. Faits vieux de vingt à trente ans et prescrits aux yeux de la loi. Néanmoins, ils éclairent d'un jour nouveau le comportement de certaines "icônes" du petit écran profitant de leur notoriété pour pouvoir agir en prédateurs sexuels. Récemment, c'était le cas de Patrick Poivre d'Arvor qui était évoqué par plusieurs femmes victimes de son donjuanisme. Assez nombreuses pour lui valoir une réputation de chaud lapin abusif..

 

Dans le reportage de France 2, les cinq femmes qui ont accepté de témoigner après mûre réflexion racontent toutes les tentatives de l'ex-ministre de l'Ecologie afin d'obtenir leurs faveurs: baisers volés ou mains baladeuses sur leurs parties intimes au travers des vêtements. Pire, une fellation imposée à une jeune fille de 16 ans. Toutes racontent ces évènements passés avec difficulté mais avec des précisions dans le déroulement des faits qui s'apparentent à une 'scène primitive' inscrite irrémédiablement dans leur mémoire. Sans se connaitre pour autant, leurs narrations concordent..

 

Sans entrer plus avant dans des détails sordides, l'accusation est suffisamment grave pour ne pas balayer ces révélations d'un revers de main en se contentant d'évoquer un 'dragueur lourd' ou parler de 'promotion canapé' et de 'droit de cuissage'. Cela y ressemble pourtant, à certains égards, lorsque l'une d'entre elles dit que l'ex-animateur d'Ushuaïa lui faisait miroiter un futur poste à TF1.. Toutes gardent un souvenir malsain et très perturbé de leur rencontre avec leur agresseur sexuel..

 

Pour sa défense, Nicolas Hulot affirme être la cible "d'affirmations purement mensongères" et se dit "écoeuré". Mais, pour rappel, l'ex-ministre avait déjà été accusé de viol par Pascale Mitterrand, selon des révélations de L'Ebdo en 2018. La petite-fille de François Mitterrand avait porté plainte contre lui en 2008, pour des faits présumés remontant à 1997. L'affaire avait été classée sans suite tandis que Nicolas Hulot avait affirmé que leur relation était consentie. "Depuis quatre ans, je subis le poison de la rumeur, des insinuations, parfois des accusations au grand jour. Le poison du soupçon fait son œuvre mais avec une certaine naïveté, je pensais que rien de grave ne pouvait m'arriver. Mais aujourd'hui, être innocent ne permet plus de dormir tranquille", a-t-il commenté . .

 

Dénonçant un "lynchage" contre lui, il a déclaré: "Je quitte définitivement la vie publique". Ajoutant: "Je ne prendrai plus la parole car je ne me reconnais plus dans cette société, ni dans ses codes". . D'aucuns pourront dire: "Qui s'en plaindra ?..". Notamment ceux qui n'ont jamais pris au sérieux ce baladin pontifiant et capricieux souvent taxé d'opportunisme. Lui reprochant ses accointances commerciales avec des multinationales émettrices de gaz à effet de serre soutenant sa fondation. Sans parler des dividendes importants que lui rapporte sa marque de shampoing exploitant le titre de son ancienne émission-phare mais pas vraiment réputée pour être tout à fait éco-responsable..

 

Ce chaud lapin est-il comme celui d'Alice au pays des merveilles qui court contre le temps perdu ?.. En tout cas, le voici obligé d'affronter 'le temps retrouvé'. A l'ombre des jeunes filles en fleurs ?.. MB

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce dernier week-end, quelqu'un d'autre a croisé le chat noir. En l'occurrence, le candidat putatif (!) favori des ultra-réacs: Eric Zemmour. Sa tournée marseillaise a viré à la galéjade. Obligé de descendre de son train à Aix-en-Provence pour ne pas affronter un comité d'accueil hostile à la gare de Marseille, il a fini sa route en voiture. Malgré cela, sa déambulation dans les rues a dû être abrégée à cause des remous qu'elle provoquait. Cerise sur le gâteau, sorti d'un restaurant et monté dans sa voiture, une femme lui a demandé de baisser sa vitre pour lui parler. Au lieu de cela, elle lui a adressé un fier doigt d'honneur. Histoire de lui montrer sa désapprobation. Aussitôt, le polémiste lui a répondu par le même geste en ajoutant: "Et bien profond !..". Inutile de dire que cet incident filmé a eu des répercussions. Notamment chez ses opposants qui ont dénoncé sa vulgarité et son manque de sang-froid indignes d'un postulant à la charge de président de la République. Voilà une bévue qui s'ajoute à celle de son braquage simulé avec une arme de combat envers les journalistes qui le suivaient au salon de l'armement. Séquence suivie par une nette baisse dans les sondages. La baudruche zemmourienne serait elle entrain de se dégonfler ? Il s'en va temps !..

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

                                                                                lubrique ?..

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog