Orgueil et préjugés..

  • lepirelon

A peine rentré de son 'voyage en terre inconnue' guyanaise, Jean-Luc Mélenchon a créé une nouvelle polémique par des propos ambigus et tendancieux sur l'antisémitisme supposé d'Eric Zemmour. Assimilant ce dernier à la tradition d'un judaïsme conservateur, immuable et exclusif. Qui inciterait au repli communautariste et à la non-mixité sociétale afin de "survivre". Reprenant ainsi les préjugés les plus archaïques et les moins pertinents qui nourrissent les thèses racistes.

Ce qui a valu au grand sachem des Z'insoumis la réprobation d'une bonne partie de la classe politique, l'indignation d'organisations religieuses et de certains commentateurs qui le soupçonnent d'exprimer par là un antisémitisme récurrent..

 

L'origine de ce pataquès se trouve dans une interview où il était questionné sur les propos du rabbin Haïm Korsia, lequel estime que le polémiste d’extrême droite est antisémite. Dans sa réponse, Jean-Luc Mélenchon a répondu: "“Il se trompe”, après avoir qualifié le religieux de “rabbin-politicien” et avant de développer: "Monsieur Zemmour ne doit pas être antisémite parce qu’il reproduit beaucoup de scénarios culturels: ‘on ne change rien à la tradition, on ne bouge pas, la créolisation: mon dieu, quelle horreur !..’, tout ça, ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au judaïsme. . Ça a ses mérites, ça lui a permis de survivre dans l’Histoire.” Nuançons: à quelques "détails" près . .

 

Ces propos sont surprenants dans la bouche de quelqu'un qui s'auto-proclame antiraciste et universaliste. Et qui fait grand cas de son combat pour la défense de certaines minorités victimes d'exclusion. Tout en courant le risque d'être traité de 'wokiste', d'entretenir des indignations sélectives et de nier certaines dérives communautaristes sectaires.. Notamment dans son soutien aux manifestations contre l'islamophobie où l'on a pu entendre des slogans antisionistes, voire antisémites..

 

Parmi les réactions à ces dires, on trouve le patron de Mediapart Edwy Plenel, lequel qualifie la sortie mélenchonienne de “faute politique et morale” et plusieurs responsables politiques comme Christophe Castaner, qui estime que l’Insoumis “a franchi les dernières limites” avec des “propos aux références les plus abjectes.” “Rien, jamais, ne justifie de sombrer dans l’antisémitisme”. “La nausée”, ajoute sa collègue Aurore Bergé sur les réseaux sociaux, “combattre un adversaire de la République en usant des pires clichés antisémites. Qui peut être sincèrement surpris par Jean-Luc Mélenchon qui a depuis longtemps déserté la République et l’universalisme ? C’est un naufrage !.."

 

Aussitôt, sans surprise, la garde rapprochée du Lider Maximo des Z'insoumis est montée au créneau pour le défendre. “Jean-Luc Mélenchon a toujours fermement combattu l’antisémitisme”, écrit la présidente du groupe LFI à l’Assemblée, Mathilde Panot, la pasionaria "aux yeux revolver" comme l'a qualifiée son mentor. "Je ne tolère pas que l’on accuse Jean-Luc Mélenchon d’antisémitisme. Il y a déjà trop d’antisémites dans ce pays. Changez de disque !" a twitté Adrien Quatennens. Toutefois, Jean-Luc Mélenchon reconnaît une maladresse. Il dit être “prêt à admettre” qu’il s’est “mal exprimé”. “J’ai donné prise à des interprétations qui sont au contraire de ce que je pense”. . 

 

Retour du refoulé ou pas, ses déclarations ne peuvent que créer le trouble chez certains de ses soutiens déjà échaudés par d'autres épisodes malencontreux. Comme l'inénarrable happenning de la perquisition au siège de son parti avec son chahut invraisemblable et ses répliques restées dans toutes les mémoires: "Ma personne est sacrée" et "La République c'est moi !". Dans ses rêves !.. MB

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

   

Mélenchon et « la question juive »

 

GUILLAUME ERNER · MIS EN LIGNE LE 29 OCTOBRE 2021

 

À la question posée par Bruce Toussaint de savoir si Éric Zemmour est, ou pas, antisémite, Jean-Luc Mélenchon s’est lancé dans une explication oiseuse, alambiquée et totalement fausse au regard de l’histoire du judaïsme.

 

« Monsieur Zemmour ne doit pas être antisémite parce qu’il reproduit beaucoup de scénarios culturels : on ne change rien à la tradition, on ne bouge pas, la créolisation, mon dieu, quelle horreur ! Et tout ça, ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au judaïsme. Ça a ses mérites d’ailleurs, ça lui a permis de survivre dans l’histoire. Donc moi je ne crois pas qu’il soit antisémite. »

 

Si vous ne saviez pas qu’il existait des « scénarios culturels du judaïsme », Mélenchon, lui, le sait. Et parmi ces scénarios culturels, on trouverait, explique Mélenchon, le « zemmourisme », une manière de voir qui aspire à ne rien changer à la tradition, et refuse la créolisation. Je sais, c’est difficile à suivre, et pénible à lire comme à entendre, puisque ce sont les propos que le leader de la France Insoumise a tenu sur BFM le 28 octobre.

 

En découvrant ces mots, on songe aux « Scénarios culturels du mélenchonisme », les étranges propos qu’il tient, de loin en loin, sur les juifs. Et toujours parmi ces « scénarios culturels du Mélenchonisme », il se trouvera certainement des exégètes de la parole de Jean-Luc pour nous expliquer que cet homme est un authentique universaliste, ou bien encore qu’il n’a rien d’un antisémite. Mais peu importe ce qu’est, au fond de son âme, Monsieur Mélenchon, par rapport à la question juive. Ce qui est clair, en revanche, c’est que ces propos sont parfaitement essentialistes, et même, explicitement culturalistes. Selon ce discours, il existe une « culture juive » qui prédisposerait les juifs à être conservateurs et mixophobes, autrement dit à refuser de se mélanger.

 

Monsieur Mélenchon n’a rien inventé ; cette thèse est aussi vieille que l’empire romain – seulement on la pensait enterrée avec Jules César ou presque. Il y a deux mille ans, déjà, on accusait les juifs d’être arc-boutés sur leurs traditions, et de refuser de s’assimiler. Ce qui est rigolo, c’est qu’il y a un peu plus d’un demi-siècle, un historien du judaïsme antique, Cecil Roth, s’est amusé à mesurer le nombre de mariages mixtes, et de conversions, au sein de l’empire romain. Et il s’est rendu compte que les juifs s’étaient en masse fondus dans la culture majoritaire, battant en brèche ce vieux stéréotype.

 

On ne peut pas reprocher à Mélenchon de ne pas avoir lu Roth. On pourrait, en revanche, lui en vouloir de ne pas mesurer les conséquences de ses propos : reprendre dans sa bouche les préjugés les plus éculés formulés à l’encontre des juifs. ●

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

                                                       "Tout le monde pardonne, sauf moi !.."

                                                           "Au secours ! Sortez-moi de là !.."

                    "Ma parole d'honneur, les pieds-noirs, si je les connais ? Poh ! Poh ! Dis !.."

                                                                              Créolisation ?..

                                                                               Béni-oui-oui ?..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog