Le Gobelin..

  • lepirelon

 

Durant son confinement, François Ruffin ne s'est pas cantonné à recevoir dans sa cuisine divers invités, comme Pablo Servigne, pour partager une Ricoré et deviser sur les affres de la réclusion ou les bienfaits éventuels de la décroissance. Réjouissantes séquences qui nous rappellent l'heureux temps des Deschiens et leur naturalisme naïf. En outre, il s'est attelé à la rédaction d'un livre-libelle: Leur folie, nos vies qu'il vient de publier. Il y expose sa vision de l'après Covid tout en reprenant certains de ses thèmes favoris. 

 

Pour lui, la crise du coronavirus a mis à nu "la folie du pouvoir" qui par son retard à l’allumage et la nature de ses décisions politiques, conduit la France dans le mur. Pire encore, la gestion de la crise a démontré que le gouvernement était atteint d’une maladie grave : le dogmatisme du libre-échange, la croyance béate dans "la main invisible du marché", qui subordonnent nos vies à l’économie en détruisant la planète et en délocalisant les emplois. “Sous les dehors de la Raison et de la Science, nous vivons un temps de folie”, écrit-il. "Le chef du gouvernement interrompt toute vie sociale. En revanche, il n’interrompt pas les chantiers du bâtiment. Il n’interrompt pas les livraisons de chaussettes, de chaises longues, sur les plateformes de e-commerce. Ce n’est pas seulement de l’incohérence : c’est de l’indécence. Leur cynisme s’est juste habillé de compassion”.

 

“Qu’on ne leur accorde aucun crédit. Ils ne changeront pas. Il nous faut en changer, les chasser de l’Elysée, des ministères, des agences diverses et variées, de tout un Etat colonisé par les Sanofi et les lobbies, les BlackRock et les Dolder”, assène t-il. Selon lui, le temps d’arrêt que nous venons de vivre – ce fameux “An 01” emprunté à Gébé et Doillon – est une fenêtre d’opportunité pour clore la parenthèse du libéralisme, rompre avec le consumérisme et inventer une société plus respectueuse de l’environnement et des êtres humains. “Le progrès ne passe plus par la technologie, c’est fini. L’humain, les liens, le soin, aujourd’hui méprisés, doivent prendre le relais”.

 

Pour ce faire, il faut actionner trois leviers: "l’agriculture, à relocaliser, à dé-chimiser, et qui réclamera des centaines de milliers de paysans”, “le bâtiment, pour en finir avec les sept millions de passoires thermiques” et les “métiers du lien”. En somme, recréer une “première gauche” mâtinée d’écologie radicale et de décroissance dont les mots d'ordre seraient: Etat stratège, relocalisations, protectionnisme, création d’un statut pour les “métiers du lien” ou du “care” (l'aide à la personne).


Tout cela est réaffirmé oralement lors de ses différentes interviews. Avec cette voix d'enfant geignard qu'on lui connait. Révélant une fêlure intime jamais réparée qui contribue à une forme d'auto-flagellation récurrente. Il est ainsi, un peu, le Gobelin* des Z'insoumis. Par compensation, il cache de moins en moins son ambition. Sur l'éventualité d'une candidature à l'élection présidentielle en 2022, il répond: "Si jamais c'est moi qui dois ramasser le drapeau, j'irai le ramasser". S'attirant aussitôt la réplique cinglante de Jean-Luc Mélenchon: "Le drapeau est fermement tenu !". Même si: "Je n'ai pas la vanité de me croire éternel". Pour qui en aurait douté. .

 

Leur folie, leurs vies. Comme ils disent..  MB

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

*Les fans d'Harry Potter savent qui sont les Gobelins. Ils sont des créatures à l'esprit vif, souvent railleur, qui vivent parmi les sorciers qui les regardent de haut. La façon dont la communauté magique les traite démontre sur quelles injustices leur société s’est construite. Tout au long de l’histoire du Monde Magique se sont déroulées des révoltes de Gobelins pour lutter contre les préjudices et les discriminations. Ils s'opposent à la domination de Voldemort, le tyran maléfique. 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les réflexions de François Ruffin sur la gestion par le gouvernement de la crise causée par le coronavirus présentent un bel exemple d'obstruction mentale. Une manière de tordre les faits pour les conformer à ses mantras obsessionnels: "le dogmatisme du libre-échange, la croyance béate dans "la main invisible du marché". Or, il faut bien admettre que c'est l'exact inverse qui se produit. L'Etat fait preuve d'un interventionnisme keynésien jamais égalé en déversant des tombereaux d'argent pour sauver l'économie affaiblie. Après avoir financé le chômage partiel de 12 millions de salariés et apporté une aide directe à 4 millions de foyers en difficulté pour 110 milliards d'euros et 1,3 milliard de primes aux hospitaliers, il avance 300 milliards de prêts garantis aux entreprises en difficulté. Ces sommes s'ajoutent aux 500 milliards d'aide de la commission européenne et aux 1350 milliards du programme d'urgence de la Banque centrale européenne.     A part ça, excusez du peu !..

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quant à "la main invisible du marché" définie par Adam Smith, on peut y percevoir, à juste raison, de la "pensée magique" naïve mais aussi, en la dénonçant, une forme de complotisme inavoué rappelant les grandes heures des "200 familles" vouées aux gémonies par le "peuple opprimé par les puissances d'argent". Toujours le syndrome Rothschild plus ou moins conscient..

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Le progrès ne passe plus par la technologie", affirme "l'électron libre" des Z'insoumis, François Ruffin. Il va donc lui falloir rapidement changer les moyens de sa communication: arrêter de gazouiller allègrement sur Twitter et de poster ses vidéos "Cuisine et dépendance" sur You Tube. Devra t-il se convertir aux messages convoyés par pigeon voyageur ?.. Chiche ! Décroassons-nous !.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                             Fais gaffe ! Ne me fais pas le coup de Macron avec Hollande. Sinon..

 

 

 

                                                                              ..des mots !..

                                                                 "Il a chopé la grosse tête !.."

                                                      Qui c'est le chef ? Allez, vas-y ! Dis-le !..

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog