C'est Mozart qu'on assassine

  • lepirelon

"Est-ce que vous demandez comment Mozart a fait ?", interroge Didier Raoult, dans une interview au Parisien, pour justifier ses méthodes cliniques controversées. "Dans ce pays, on adore décapiter les gens !" affirme t-il après avoir cloué au pilori ses détracteurs en les qualifiant d'"ignares" et de "Pieds nickelés". Le voici donc réapparu pour s'autoproclamer le Mozart de l'éprouvette face aux Salieri de la science officielle qui lui reprochent de jouer du pipeau plutôt que "La flûte enchantée". Et tentent désespérément d'amadouer l'Amadeus de la Canebière. Peine perdue. Le "savant de Marseille" persiste à laver son linge sale en public. .

 

Il n'en démord pas. Malgré l'arrêt de la prescription de l'hydroxychloroquine par l'Organisation Mondiale de la Santé suite aux différents essais cliniques sérieux, comme celui mené par le collectif Recovery qui concluait que ce traitement ne montrait "pas d'effet bénéfique" pour les malades du Covid-19, Didier Raoult a décidé de continuer à en prescrire à Marseille. Et ce malgré les alertes de plusieurs autorités sanitaires sur les potentiels effets secondaires, notamment cardiaques, du médicament. "Vous pouvez me montrer toutes les études que vous voulez, j'ai traité plus de 3700 patients avec ce médicament. Bilan: O,5% de mortalité, pas de toxicité cardiaque. Que voulez-vous de plus ? On a voulu diaboliser l'hydroxychloroquine. C'est un truc de fou !" assure t-il. "Les maladies infectieuses, c'est notre job !.." se targue t-il en dénigrant ses contradicteurs zélés qui se comporteraient comme des "blaireaux dans leur terrier qui mordent si on s’en approche"..

 

Le Panoramix de la Timone rappelle au passage les autres usages de l'hydroxychloroquine. Dérivé de la chloroquine, un médicament contre le paludisme, elle est prescrite pour lutter contre des maladies auto-immunes, le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. "Quand j'étais enfant, en Afrique, j'ai bouffé des tonnes de ces pilules contre le palud", affirme-t-il. "En 2019, 36 millions de comprimés ont été vendus en France. Arrêtons de raconter des bobards sur leur dangerosité.." Sauf qu'il oublie de préciser que les posologies ne sont pas les mêmes. Chez l'adulte, une prise de  100 mg par jour est recommandée pour le traitement prophylactique du paludisme (source Doctissimo). Face au Covid 19, le génie phocéen incompris préconise des doses de 600 mg !

 

Or, dans les mises en garde et précautions d'emploi de ce médicament, il est spécifié la possibilité d'effets délétères dont cardiomyopathie, tachycardie ventriculaire, fibrillation ventriculaire, lors d'un surdosage en chloroquine: Le risque est majoré si la chloroquine est administrée à doses élevées et l'évolution peut être fatale. D'exceptionnels cas de cardiomyopathies pouvant mener à une insuffisance cardiaque d'évolution fatale dans certains cas ont été décrits après administration de doses cumulées très élevées de chloroquine chez des sujets atteints d'une maladie systémique. Il y a donc eu une éventuelle prise de risque chez certains patients traités par ce médicament. Décrit comme la panacée universelle par le druide marseillais qui en a fait sa potion magique. .

 

Par ailleurs, pour étayer ses dires, il réaffirme que la surmortalité a été “quatre fois plus à Paris que dans les Bouches-du-Rhône”. Sans tenir compte des densités de population. Pire, il assène: "Si on n’avait pas eu peur, on aurait eu deux fois moins de morts. Si on m’avait écouté, on aurait eu deux fois moins de morts". Pour lui, l’épidémie a été gérée par la "peur" plus que par une "mauvaise gestion médicale". "Parmi ces morts, plus de la moitié l’ont été, non pas en raison de la mauvaise gestion médicale, ni du Covid, mais du bordel qu’on a foutu dans la santé, car en pratique on n’a pas soigné les gens".  Il estime que les autorités sanitaires n’étaient pas prêtes à l’arrivée d’une telle vague et ont été "terrifiées". "À force d’avoir peur des risques, on n’arrive plus à les gérer" engendrant alors "une surmortalité". Bafouant ainsi tous les personnels médicaux qui n'ont pas ménagé leur peine pour sauver des vies. Façon aussi d'aggraver le chagrin des familles endeuillées.

 

Où l'on voit que le Strange Doctor marseillais a perdu tout sens commun, aveuglé par son orgueil démesuré frisant le délire paranoïde. Déviances que l'on aurait pu anticiper si l'on avait pris en compte les témoignages de collègues faisant état de conduites de harcèlement dans l'enceinte du bunker de l'Institut Hospitalo-Universitaire phocéen. Où il s'est institué en démiurge omnipotent..

 

Au vu de la fréquence de ses interventions en forme de sermons brandissant l'anathème, on ne saurait lui prêter le mot de Sacha Guitry: "Le silence qui suit Mozart, c'est encore du Mozart !.." MB

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Didier Raoult ne se contente pas de vanter ses méthodes thérapeutiques en disant:  “25.000 morts liées à la COVID-19 auraient pu être évitées en France si la combinaison hydroxychloroquine et azithromycine avait été prescrite massivement”. Il porte aussi de très graves accusations contre les  instances représentant les médecins spécialisés en maladies infectieuses en France: celles-ci n’auraient pas recommandé ce traitement parce qu’elles seraient “complètement corrompues” et “c’est de la véritable corruption qui a plongé des dizaines de milliers de français dans la mort, faut pas avoir peur des mots”. Suscitant une vive réaction de ces organismes qui entendent “dénoncer les affirmations sans fondement” que le professeur Raoult a faites à plusieurs médias. Ajoutant: “Les propos sont graves, car ils font passer pour des ‘criminels’ les médecins qui s’appuient sur les données de la science pour soigner leurs patients. Certains voudraient faire croire que l’intuition est suffisante pour imposer des choix thérapeutiques en Médecine. Ce qui aurait dû rester une controverse scientifique est porté sur la scène médiatique au travers de propos infondés scientifiquement et d’accusations calomnieuses. Ce retour à l’empirisme représenterait une régression majeure de la médecine moderne, un retour vers la médecine du Moyen-Âge”. CQFD. .

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de sa comparution devant la commission d’enquête mise sur pied par l’Assemblée nationale pour évaluer la gestion par les pouvoirs publics de la crise du Covid 19, Didier Raoult a dû répondre aux questions des députés présents dont l’élu et généticien Philippe Berta (MoDem) qui l’a interrogé sur ses "pseudo-essais thérapeutiques" menés à Marseille : "Mais pourquoi, pourquoi ne pas avoir fait des essais cliniques dignes de ce nom dès le départ qui auraient pu définitivement répondre ’oui ou non l’hydroxychloriquine a des effets’ ?". Réponse de Didier Raoult : "Les méthodologistes ne comprennent rien à la science (…) Cet essai sera dans les livres médicaux, je peux vous le dire. J’étais avant un grand scientifique et je le resterai après". En toute modestie..

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog