Massacre de la St Valentin..

  • lepirelon

Coup de tonnerre dans le ciel parisien: Benjamin Griveaux a annoncé son retrait de la course à l'élection municipale. Raison invoquée: une vidéo mise en ligne par un "artiste" russe montrant les ébats sexuels du candidat avec une personne autre que son épouse. Un procédé qui révèle la dégradation actuelle des mœurs politiques. Tous les coups sont permis. Malgré l'opprobre général, nul doute qu'à l'Hôtel de Ville de Paris on n'a pas sorti les mouchoirs pour exprimer sa peine. Côté mairie du VII° arrondissement non plus. Cet évènement renforce la perspective d'un duel féminin Hidalgo-Dati qui ne manquera pas de sel. Manquerait plus que la Schiappa s'y colle. Sale temps pour la Macronie qui, ces derniers temps, ne cesse de croiser le chat noir !..

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le grivois Griveaux serait-il tombé dans un piège ? On a appris que la compagne de "l'artiste" activiste Piotr Pavlenski a été mise en garde à vue pour "atteinte à l’intimité de la vie privée" et "diffusion sans l’accord de la personne d’images à caractère sexuel". Elle serait la femme avec qui Benji la malice échangeait des vidéos coquines où il exhibait ses bijoux de famille. De là à penser que cela résulterait d'un traquenard échafaudé par le couple pour nuire à l'ex-candidat à la mairie de Paris, il n'y a qu'un petit pas. Sans tomber dans le complotisme obsessionnel. N'est-ce-pas, Melle Rose ?.. MB

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A rebours du reste de la classe politique, l'ex-ambassadrice des pôles Ségolène Royal, s'est distinguée en réagissant aux déboires de Benjamin Griveaux suite à la révélation de sa sex-tape. Elle a élégamment déclaré: "Il y en a marre des concours de quéquettes ! On ne fait pas ça, surtout quand on tient des discours sur la famille et que l'on met ses enfants en avant. Le temps des femmes est venu. Avec nous, il n'y a pas ce genre de problèmes". Ajoutant: "Franchement il faut un petit peu de bon sens, un petit peu de respect de la politique quand on a des responsabilités. Un peu moins d'immaturité parfois dans les comportements, un peu plus de respect et de sens de la grandeur de l'Etat". Avec des déclarations comme celle-là, c'est bien parti !..

A part ça, elle a affirmé modestement que si elle était "à la place de Macron, la France irait mieux".

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Finalement, c'est la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui va se dévouer pour remplacer Benjamin Griveaux comme tête de liste LREM aux élections municipales de la capitale. Deux jours avant, elle refusait encore la corvée en déclarant: "Mon agenda est trop chargé", faisant allusion à la gestion de l'épidémie de coronavirus, à la crise dans l'hôpital public et au débat imminent sur la réforme des retraites au Parlement. Mais qu'importe ! Sollicitée de toutes part et notamment par le chef de l'Etat, elle a été convaincue qu'elle seule avait le poids nécessaire pour entrer dans la bataille face au redoutable duo Hidalgo-Dati. Elle a aussitôt affirmé: "J’en ai envie, j’y vais pour gagner !..".     Ses qualités reconnues de médecin spécialisé seront utiles pour soigner les blessures de la Macronie parisienne, causées par la guerre sans dentelles entre les équipes soutenant Griveaux et Villani.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans la série: Le ridicule ne tue plus, on a pu voir récemment un flash-mob de militantes altermondialistes d'Attac et du collectif Les Effronté-es déguisées en Rosie la riveteuse se trémousser au son d'un remake de la chanson "A cause des garçons" réinterprétée en "A cause de Macron". Leur but: protester contre la réforme des retraites qui, selon elles, devrait pénaliser les femmes. Parmi cette joyeuse troupe, on a pu voir Clémentine Autain et Elsa Faucillon, députées LFI et PCF, ainsi qu'Esther Benbassa, sénatrice EELV et la députée européenne Manon Aubry. Ces drôles de dames ont ensuite participé au lynchage symbolique d'un complice portant un masque du président de la République en scandant: "A cause de Macron, on aura moins de ronds, à cause de Macron, on crie révolution". Ni plus, ni moins. Comme disait ma grand-mère: "Pauvre France !.." MB

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les déboires de Benji la malice n'en finissent pas de produire des effets collatéraux. Dernier en date: la passe d'armes entre Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, et Olivier Faure, secrétaire national du PS. Celui-ci avait dénoncé la "légèreté incroyable" dont avait fait preuve l'ex-tête de liste LREM aux municipales parisiennes dans ses prestations classées X. Ce qui lui a valu une réplique de Christophe Castaner qui s'est dit "étonné des leçons de morale" d'Olivier Faure "que je connais bien et que j'ai accompagné dans ses divorces et ses séparations". Allusion directe à la vie privée du numéro 1 socialiste. Conséquence: tollé à gauche et à droite suivi de nombreux soutiens à Olivier Faure qui dénonce une "faute grave" du ministre et en appelle au président de la République pour le sanctionner.        Serrer le kiki au kéké ?  Un drôle de coco !..

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                        Porn-revenge ?..

                                      "Un conseil ? Gardez-vous à droite, gardez-vous à gauche !.."

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog