Régime très spécial..

  • lepirelon

Sans vouloir passer pour le ronchon de service, on ne peut que constater que le débat public tend actuellement vers une hystérisation intolérante, une exacerbation de la pensée binaire réductrice et une personnalisation des attaques tendant au "délit de sale gueule". Ces traits sont substantiels à l'avancée des populismes de droite comme de gauche. Certains s'en sont fait une spécialité. L'extrême droite a toujours abusé de cette rhétorique pour nourrir ses obsessions en vilipendant ses adversaires pour ce qu'ils sont (étranger, juif, franc-maçon etc..). En face, l'extrême-gauche ne se prive pas d'exercer le même ostracisme vis-à-vis d'autres catégories sociales (patrons, banquiers, rentiers, policiers, sociaux-démocrates rebaptisés sociaux-traîtres etc..). Toutes qualifiées d'ennemis du peuple.

 

Un nouvel exemple qui pourrait passer pour anecdotique vient de nous en être fourni. Emmanuel Macron a annoncé qu'à l'avenir il renoncerait à l'indemnité (6000 €) allouée à vie aux anciens présidents de la République. Afin de se conformer au futur régime universel à points ne prenant en compte que les cotisations liées à l'activité professionnelle. Façon de s'aligner sur le régime général et d'abroger une mesure s'apparentant à un régime spécial. De même, il a décidé de ne pas siéger au Conseil constitutionnel, en fin de mandat, et de ne pas en percevoir les émoluments (13 500 €). 

 

La bonne foi exigerait de saluer le geste et de lui faire crédit d'une avancée démocratique. Sans atténuer les réserves adressés à certains aspects de sa politique. Pas de quoi se renier. Eh bien, non ! Cette décision est critiquable pour ses contempteurs les plus fervents. Notamment Jean-Luc Mélenchon qui a réagi en disant:"C’est insupportable, il n’y a que les grands seigneurs, les très riches, les importants qui peuvent se permettre ce genre de libéralités. Il a les moyens de se passer d’une retraite de 6000 € mais la plupart des gens n’ont pas ces moyens, personnellement je ne les ai pas. Qu’est ce que ça veut dire? Je renonce à ma retraite et donc vous aussi vous pourriez y renoncer”, a-t-il ajouté, dénonçant la “démagogie” du président. De l'art de subvertir la parole d'autrui..

 

Le Lider Maximo des Z'insoumis craindrait-il que l'on généralise cette décision à tous les élus en restreignant le cumul des pensions de retraite liées aux divers mandats successifs ? Comme dans son cas, ceux de conseiller général, ministre, sénateur puis député qui lui ont permis de se constituer un patrimoine immobilier confortable. Le plus avantageux des ex-candidats à l'élection présidentielle de 2017. Macron y compris. Tout cela soit dit en passant afin de noter l'inanité du propos. En toute mauvaise foi symétrique..

 

Pour compléter cette mise en cause personnalisée, on pourrait ajouter le tweet de Manon Aubry, ex-chef de file des eurodéputés LFI: “Vous qui aurez des retraites de misère, de quoi vous vous plaignez ? Suivez l’exemple du roi! (Qui lui a plein de points dans sa besace grâce à la banque Rotschild!)”. La mention du nom Rothschild, outre le mépris de classe inversé, véhicule un relent nauséabond d'antisémitisme sous-jacent exploité habituellement par l'extrême droite. Elle aurait pu se contenter d'écrire: grâce à sa carrière très lucrative dans une banque d'affaires renommée.  L'hyperbole nuit toujours à la parabole. Leçon que son immaturité et sa candeur peuvent méditer. 

 

Autre réaction, celle du secrétaire national du PCF et député Fabien Roussel: “Que le président de la République, les ministres, les parlementaires soient alignés au régime général, c’est la moindre des choses. Qu’on mette fin à ce type de privilège, enfin!”. Mais à propos du renoncement du président de la République il n'a pu s'empêcher d'ajouter: “C’est quand même un luxe que tout le monde ne peut pas se payer”, a-t-il relevé, “quand, lui, a touché 2,4 millions en 18 mois à la banque Rothschild” et “payait l’impôt sur la fortune” avant de “se le supprimer” lorsqu’il est arrivé au pouvoir. Au moment de partir à la retraite, il pourra donc bien se passer de cette pension “parce qu’il en aura les moyens”. Manquait juste le qualificatif infamant de "ploutocrate" pour clore le propos.  Aux grands esprits, les grandes idées..

 

Ces prises de position n'ont d'autre effet que d'accentuer l'ostracisation de l'adversaire politique pour le décrédibiliser et lui dénier toute once de vertu. Faute d'argument rationnel, la pratique de l'invective et du dénigrement s'installent. Flattant les bas instincts qui ne trouvent d'issue que dans la colère puis la violence irraisonnée. On le voit depuis un an au travers des excès des "gilets jaunes" et de certains manifestants qui focalisent leur ressentiment et leurs critiques sur la figure incarnée du pouvoir. Sans prendre la mesure réelle de son action ou la pertinence de ses projets. 

 

Leur courroux paraphrasant le Nicomède de Corneille: "Après cette infamie, es-tu digne de vivre ?" Disons-le, une fois encore, avec ironie: "Tristes tropismes !..".   Joyeux Noël, quand même !.. MB

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Autre preuve de mauvaise foi venant de la droite, cette fois-ci. Elle reproche au président de la République de ne pas avoir souhaité un bon Noël aux Français. Au nom des sempiternelles "racines chrétiennes" de la France. Comme d'autres chefs d'Etat l'ont fait dans leur pays. A ce jeu-là, il devrait se manifester à chaque fête religieuse comme Hanouka en ce moment pour la communauté juive. Ou l'Aïd pour les musulmans. Ou Theravada, l'anniversaire du Bouddha. Mais s'il l'avait fait, que n'aurait t-on entendu pour le blâmer au nom de la laïcité. Quand on veut noyer son chien.. MB 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Devinette: quel mauvais procès, droite et gauche réunies vont-elles intenter au gouvernement pour éviter de lui faire crédit de la baisse régulière du chômage confirmée: 260 000 emplois créés cette année, près d'un million depuis trois ans. Confirmant ainsi la pertinence de la politique économique initiée par François Hollande et poursuivie par Emmanuel Macron ?. Quelles que soient les circonstances, on ne peut que s'en réjouir pour ceux qui ont retrouvé un travail. Pour cela, il faut mettre de côté tout parti pris en le sacrifiant à l'intérêt général et à l'objectivité. Sans se déjuger si l'on conserve une part de critiques raisonnées sur d'autres aspects de la politique du pouvoir. MB

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                            "Délit de faciès" ?..

 

 

                                                               2012... 2017... 2022, la retraite  ?..

                                                                    2022: un retraité modeste ?..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                   HO HO HO ! Joyeux Noël !..

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog